Métavers

La prévente The Sandbox n’a fonctionnéqu’à 30 %.

Par Michelle Legame , le vendredi, 13 novembre 2020, 13h45 , mis à jour le jeudi, 3 février 2022, 14h43 — The Sandbox - 4 minutes de lecture
the sandbox mascot crying

Dans un communiqué, The Sandbox a fourni plus de détails sur les problèmes techniques survenus lors de la prévente d’hier, et a déclaré que seulement 30% du trafic a pu acheter des terrains. La demande extrêmement élevée a provoqué la défaillance des serveurs, et les développeurs n’ont pas été en mesure d’arrêter les transactions qui ont transité.

En raison de la surcharge des serveurs, 81% des terrains disponibles ont été vendus à seulement 840 utilisateurs uniques. Les serveurs ne pouvaient pas gérer le fait que cinq mille utilisateurs voulaient sauter sur le train de la hype The Sandbox. Malgré la défaillance des serveurs, les ventes de terrains ne seront pas réservées car elles font désormais partie de la blockchain Ethereum.

Reste à savoir si le chiffre d’un taux de réussite de 30 % pour les acquisitions de terrains de The Sandbox est correct. Si 840 utilisateurs représentent 30 %, cela signifie que les serveurs ont été touchés par 2800 utilisateurs au total. Alors que la déclaration de The Sandbox indique clairement que « près de 5000 utilisateurs simultanément ». [were] ont cherché à participer à la prévente ». Cela suggère que le taux de réussite n’est que de 13 %. Enfin, ce ne sont que des chiffres. Le fait est que la majorité n’a pas pu atteindre la plateforme.

Le The Sandbox avait 19.200 terrains à vendre, ce qui signifie que ces 840 utilisateurs ont pu acheter 15.552 parcelles de terrain. Cela représente une moyenne de 18,5 parcelles par utilisateur. Selon les développeurs, 621 acheteurs ont acheté des terrains pour la première fois, ou du moins ont utilisé un nouveau portefeuille. Les 19 % restants de la vente de terrains seront libérés dans un avenir proche. On ne sait pas encore comment cela fonctionnera.

The Sandbox a présenté ses excuses et ne réclamera aucun revenu de la prévente. L’argent sera placé dans une fondation gérée par la communauté et les DAO. C’est plus de 14 millions de SAND ou 572 mille dollars qu’ils ont mis dans le développement communautaire. En outre, The Sandbox a promis d’introduire des mécanismes de vente plus évolutifs et efficaces à l’avenir, comme les ventes hebdomadaires, les enchères ou les loteries.

Qu’est-ce que The Sandbox ?

The Sandbox est l’un des mondes virtuels alimentés par la blockchain actuellement en cours de développement. Le bêta-test sera lancé plus tard cette année, mais avant cela, il y aura encore une prévente. Pendant cette prévente, les joueurs, les entreprises et les investisseurs pourront acheter des terrains virtuels avec une réduction. Si ça marche, évidemment. Et aujourd’hui, ça n’a définitivement pas marché.

Le monde virtuel de The Sandbox est constitué de terres, et des voxels remplissent chacune de ces terres. Visuellement, il rappellera à beaucoup de joueurs Minecraft, car les deux jeux ont ce look inspiré de Lego. Cependant, les joueurs peuvent acheter des terrains virtuels et mettre en place toute forme de monétisation. Ces terres virtuelles peuvent devenir des mini-jeux, des aventures, des boutiques virtuelles, des extensions de boutiques en ligne réelles, un espace pour des rencontres sociales, etc.

The Sandbox fournit des outils gratuits aux développeurs, aux joueurs et aux créateurs de contenu. Les créateurs peuvent utiliser VoxEdit pour créer des objets. En outre, le Game Maker permet aux utilisateurs de créer de l’interactivité sur leur terrain virtuel. The Sandbox va également créer une expérience de méta-jeu. Les joueurs peuvent par exemple effectuer des quêtes quotidiennes ou hebdomadaires pour leur guilde. Ils gagneront ainsi du sable, qu’ils pourront vendre ou utiliser pour acheter des objets dans le jeu ou des terrains virtuels.

Michelle Legame

Joueuse invétérée et principale rédactrice de ce site, je suis les évolutions des jeux vidéo au quotidien, et est une passionnée de cryptos. Vous pouvez me suivre sur Twitter.

Voir les publications de l'auteur